Les questions que vous vous posez
sur les études et les sondages


Quels sont les avantages et les inconvénients
des différents modes de recueil de l'information ?

Téléphone :

Avantages :
- Les délais de réalisation sont rapides.
- La représentativité de l’échantillon peut être contrôlée et garantie.
- On peut cibler des fonctions précises en milieu professionnel.
- L’implication des répondants est bonne.
- Cette méthode présente un des meilleurs rapports Fiabilité/Prix.

Désavantages :
- La durée du questionnaire doit être limitée (15/20 mn)
- En grand public, les listes rouges et le développement des portables peuvent limiter l’accès aux interlocuteurs.
- Ne conviennent pas à des enquêtes où des supports visuels doivent être présentés aux répondants.


Face à face :

Avantages :
- L’enquête peut être réalisée dans le lieu concerné par l’étude.
- Des supports visuels peuvent être présentés aux répondants.
- La représentativité des enquêtés peut être assurée.

Désavantages :
- En milieu professionnel, le face à face nécessite des enquêteurs “ seniors ” et une prise de rendez-vous préliminaire
- Nécessite une organisation logistique forte, surtout en cas de dispersion géographique de l’échantillon.
- Cette méthode est la plus coûteuse.
- Les délais peuvent être longs.


Internet / Intranet

Avantages :
- Les coûts de réalisation sont réduits.
- Possibilité de dispersion géographique des répondants.
- Une grande liberté pour répondre (garantie d’anonymat, choix du moment pour répondre).
- Rapidité de réponse.
- Possibilité de relance ciblée sur les non-répondants à enjeu.
- Possibilité de contrôler le profil des répondants et de gérer les quotas en ligne.
- Des supports visuels peuvent être présentés aux répondants.
- Une opération de communication en direction de tous les répondants potentiels.

Désavantages :
- Le questionnaire doit être extrêmement clair, aucun enquêteur ne pouvant apporter de précision. Enquête exclusivement auprès des internautes ou d’un fichier avec e-mails.
- Gonflement des réponses extrêmes (les mécontents et les très satisfaits).
- Le taux de participation et de retour peut être faible selon l'implication des répondants potentiels (une gratification permet toutefois d'augmenter le taux de réponse).


Courrier

Avantages :
- Les coûts de réalisation sont réduits.
- Possibilité de dispersion géographique des répondants.
- Une grande liberté pour répondre (garantie d’anonymat, choix du moment pour répondre).
- Des supports visuels peuvent être présentés aux répondants.
- Une opération de communication en direction de tous les répondants potentiels.

Désavantages :
- Le questionnaire doit être extrêmement clair, aucun enquêteur ne pouvant apporter de précision. Enquête exclusivement auprès des internautes ou d’un fichier avec e-mails.
- Gonflement des réponses extrêmes (les mécontents et les très satisfaits).
- Le taux de participation et de retour peut être faible selon l'implication des répondants potentiels (une gratification permet toutefois d'augmenter le taux de réponse).
- Les délais de retour sont longs.
- Une partie des questionnaires peut être inexploitable (illisible, mal remplie).
Comment sont choisis les répondants
dans les enquêtes par échantillon ?

2 possibilités existent pour interroger un échantillon :
  • La méthode aléatoire : Elle consiste à tirer au sort les personnes à interroger. Cette technique nécessite que la personne tirée au sort réponde au questionnaire, ce qui exige de la recontacter jusqu'à ce que celle-ci soit jointe et réponde au questionnaire ; il n'y a que si elle refuse de répondre qu'elle est remplacée par une autre personne, elle aussi choisie au hasard. Cette technique est peu utilisée car elle exige que les personnes tirées au sort répondent, ce qui peut nécessiter de nombreuses relances ; c'est toutefois la seule méthode qui permette de calculer la précision des résultats obtenus (voir ci-dessous).

  • La méthode par quotas : Elle consiste à interroger un échantillon proportionnellement similaire à la population de référence ; les critères habituellement retenus sont le sexe, l'âge, la catégorie socio-professionnelle et la répartition géographique. Cette méthode est plus rapide que la méthode aléatoire (une personne absente n'est pas recontactée ultérieurement mais remplacée immédiatement par une autre) mais ne permet pas de garantir scientifiquement la précision des résultats obtenus.

Dans la plupart des études, nous préconisons la méthode aléatoire car elle permet de calculer scientifiquement la précision des résultats mais aussi d'interroger des personnes difficiles à joindre, ce qui assure leur représentation au sein de l'échantillon. Par exemple, dans les études auprès du personnel, cela permet notamment de joindre des salariés travaillant en horaires décalés ; or il est probable que leurs horaires de travail impactent leur perception de leur exercice professionnel

En savoir plus sur les professions
et catégories socio-professionnelles (PCS)

Afin de caractériser les répondants en terme de profil socio-professionnel, les sociétés d'étude utilisent habituellement la classification de l'INSEE en 8 postes (PCS 2003) :
  1. Agriculteurs exploitants
  2. Artisans, commerçants et chefs d'entreprise
  3. Cadres et professions intellectuelles supérieures
  4. Professions Intermédiaires
  5. Employés
  6. Ouvriers
  7. Retraités
  8. Autres personnes sans activité professionnelle

Par ailleurs, l'échantillon peut être caractérisé selon la PCS du répondant ou selon la PCS du chef de famille.

Pour notre part nous préconisons, sauf nécessité contraire, d'avoir recours à la PCS du répondant. En effet, si la PCS du chef de famille est prise en compte, la réponse sera exploitée de la même manière que le répondant soit le chef de famille, sa conjointe voire un de ses enfants, alors qu'il est probable que les opinions de ces 3 personnes soient divergentes.

Quelle est la précision des réponses obtenues lors d'un sondage
(étude quantitative)

La précision ne peut être déterminée scientifiquement que pour un échantillonnage aléatoire (voir plus haut). Toutefois, de manière empirique, on considère que la méthode des quotas génère des marges d'incertitude similaires à celles obtenues par la méthode aléatoire.

Pour déterminer la marge d'incertitude des résultats, plusieurs éléments sont à prendre en compte :
  • Le % de réponse observé : Plus les avis sont divisés sur une question (50% de satisfaits) et plus l'intervalle de confiance (la marge d'incertitude) sera important alors qu'à l'inverse plus les répondants sont unanimes (90% de satisfaits), plus l'intervalle de confiance sera réduit.
  • La taille de l'échantillon : Plus la taille de l'échantillon est importante, plus les résultats seront précis (pour 50% de satisfaits, l'intervalle de confiance est de 10% si l'échantillon est de 100 personnes et de 3,1% si l'échantillon est de 1 000 personnes).
  • La taille de la population de référence : Si l'échantillon représente 10% ou moins de la population totale de référence, l'impact de la taille de cette population de référence est négligeable (si on interroge 1 000 habitants d'une ville de 10 000 personnes ou 1 000 habitants d'une ville de 100 000 personnes, l'intervalle de confiance sera quasiment identique). Par contre si l'échantillon interrogé représente plus de 10% de la population de référence, la taille de cette population influe sur la précision des résultats ( le % observé sera plus proche de la réalité si on a interrogé 1 000 personnes sur un total de 2 000 que si on a interrogé 1 000 personnes sur un total de 5 000).

Si votre échantillon représente moins de 10% de votre population totale de référence, vous pouvez télécharger ce document vous présentant l'intervalle de confiance associé à diverses tailles d'échantillon et % de réponse.

Vous pouvez également connaître l'intervalle de confiance associé à votre situation en cliquant ici.